Actualité
05 March 2024

Carte blanche : Le personnel de santé ne doit jamais être une cible

05 March 2024

Carte blanche : Le personnel de santé ne doit jamais être une cible

#FreeAhmedMuhanna: Les organisations belges demandent la libération immédiate du directeur de l’hôpital Al Awda, Ahmed Muhanna, et des 7 autres otages de l’hôpital Al Awda à Gaza. Publié le 29/02/24 sur MO*

Après 13 jours de siège, le dimanche 17 décembre, l’armée israélienne a envahi l’hôpital Al Awda à Jabalia, dans le nord de Gaza. L’hôpital était alors l’un des derniers hôpitaux à fonctionner dans le nord de Gaza. Suite à l’interrogatoire de toutes les personnes présentes, le directeur de l’hôpital, le Dr Ahmed Muhanna, a été arrêté et emmené par l’armée israélienne vers un lieu inconnu. Le jour suivant, cinq autres membres du personnel, un patient et un visiteur ont également été arrêtés. Jusqu’à aujourd’hui, les autorités israéliennes n’ont pas communiqué d’accusation ou d’inculpation justifiant l’arrestation. Cela nous permet donc de parler d’enlèvement et de prise d’otages du Dr Muhanna et des autres détenu·e·s. Entre-temps, des sources indiquent qu’iels seraient détenu·e·s dans la prison de Naqab, en plein désert palestinien.

Emprisonné pour ne pas avoir voulu abandonner ses patient·e·s

L’hôpital Al Awda à Jabalia fait partie de l’organisation de santé palestinienne AWDA, une institution de santé importante dans la bande de Gaza, et fidèle partenaire de l’ONG belge Viva Salud et de la coopération belge au développement. Médecins Sans Frontières collabore également depuis de nombreuses années avec l’hôpital et a exprimé à plusieurs reprises sa préoccupation face aux attaques contre celui-ci. AWDA gère deux hôpitaux et six centres médicaux répartis dans toute la bande de Gaza. Depuis le 7 octobre, le personnel d’AWDA continue inlassablement son travail. Le personnel a ignoré les ordres de l’armée israélienne de quitter l’hôpital et d’évacuer vers le sud, car iels ne voulaient pas abandonner les patient·e·s qui ne pouvaient pas être transporté·e·s. Depuis quelques semaines, l’hôpital Al Awda est également le seul hôpital restant au nord de la ville de Gaza où les femmes peuvent accoucher. L’hôpital avait déjà été victime de bombardements israéliens, entraînant la mort de trois médecins.

Les attaques contre le personnel médical et les infrastructures médicales constituent une violation grave des conventions de Genève et du droit international humanitaire.

Le Dr Ahmed Muhanna est une voix internationalement reconnue dénonçant les attaques israéliennes contre le système de santé à Gaza. Dans les semaines précédant son enlèvement, il a décrit, à plusieurs reprises et de manière détaillée, l’horrible situation à l’hôpital. Dans son dernier message audio, un jour avant d’être emmené par les soldats israéliens, il a déclaré : “Personne ne peut se déplacer à l’hôpital à cause des tireurs d’élite [israéliens]. La situation à l’hôpital est terrible. Nous avons 38 patient·e·s, dont certains ne peuvent pas obtenir de médicaments. Nous n’avons pas d’oxygène et très peu de carburant pour un petit générateur. Nous avons de la nourriture pour à peine 2 à 3 jours. La situation est critique.“

Violation du droit international humanitaire

Attaquer le personnel médical et les infrastructures médicales constitue une grave violation des Conventions de Genève et du droit international humanitaire. De plus, le siège de l’hôpital Al Awda et l’enlèvement du personnel médical, des patient·e·s et de leurs proches sont totalement infondés et moralement répréhensibles. Les hôpitaux, les centres de santé, le personnel de la santé et les patient·e·s palestinien·ne·s ne sont pas des dommages collatéraux comme les forces d’occupation israéliennes tentent de le présenter. La détermination à les détruire fait partie de la stratégie visant à effacer toutes les traces d’un réseau de sécurité sociale pour les Palestinien·ne·s, rendant impossible le retour chez eux. L’OMS a récemment averti que la combinaison de la famine et des maladies causera plus de victimes que les bombes israéliennes. À ce moment-là, un système de santé fonctionnel sera crucial.

Viva Salud, avec d’autres signataires, exigent la libération immédiate du Dr Ahmed Muhanna et des sept autres otages de l’hôpital Al Awda

Nous demandons au gouvernement belge de prendre des mesures concrètes pour libérer immédiatement toutes les personnes captives et particulièrement les soignant·e·s, qui ne devraient jamais être pris·es pour cible. Nous appelons aussi le gouvernement belge à prendre des sanctions effectives contre Israël, à mettre en place des mesures concrètes pour soutenir activement l’enquête de la CIJ, à veiller à ce que les décisions de la Cour soient appliquées, et à faire tout son possible pour parvenir à un cessez-le-feu immédiat et permanent.

Signataires

11.11.11, ABP, Belgian Academics and Artist for Palestine (BA4P), Broederlijk Delen, CNCD, De-Colonizer, Entraide & Fraternité, FOS, Intal Globalize Solidarity, Médecine pour le peuple, Memisa, Palestina Solidariteit, Pax Christi Vlaanderen, SB OverSeas, Solidagro, Solsoc, Viva Salud, Vrede vzw, WSM.


Partager sur
Nous utilisons des cookies à des fins opérationnelles, d'analyses statistiques, afin de personnaliser votre expérience.
Paramètres des cookies